Réactions de Michel Adjaka après le rejet au parlement

0

Par : Chafick FAGBEMI

Il est l’un des membres de la commission des réformes politiques et institutionnelles qui ont travaillé et proposer un rapport qui devrait être pris en compte dans le cadre de ce projet de révision. Et quand il a constaté que les propositions pour lesquelles ils ont passé des nuits blanches n’ont pas été prises en compte avant la transmission du projet de révision au parlement, Michel Adjaka, s’est très tôt démarqué du lot à travers plusieurs dénonciations. Assisté de ses pairs de l’Unamab, ils ont même entrepris une grève illimitée afin de faire entendre raison au gouvernement du Président Talon. Finalement leur mouvement a connu une fin heureuse est-on tenté de dire à travers le rejet constaté hier au parlement. Dès lors, il a jugé utile revenir au-devant de la scène pour faire des mises au point. C’est ainsi que dans la soirée d’hier, le magistrat Michel Adjaka, a encore, par les canaux qu’il sait le plus adéquat (sa page facebook et les foras sociaux), publié un billet dans lequel il saluait la maturité du peuple béninois. Lisez plutôt son billet.

*******************************************

Chers amis bonsoir.

Mes félicitations à tous les députés,

Merci à toutes les Béninoises et à tous les Béninois pour la lutte et la victoire.
Le Bénin, notre pays, vient une fois encore de révéler au monde entier sa maturité politique et démocratique.

En effet, l’assemblée nationale a rejeté le projet de loi portant révision de la constitution du 11 décembre 1990.

Ce vote consacre la victoire du peuple souverain sur la ploutocratie en gestation.
Il est l’expression du refus de constitutionnalisation de l’impunité et de la corruption rampante.

Ce vote annonce le requiem de l’aventure révisionniste caractérisée par la patrimonialisation du pouvoir.

L’UNAMAB qui a fait de la lutte contre cette révision cavalière une préoccupation majeure a déclenché une grève illimitée depuis hier.

Maintenant que les assauts révisionnistes ont été repoussés, les magistrats se retrouveront en Assemblée Générale pour décider de l’issue du mouvement de grève en cours.

Pour finir, je conseille au président de la République de se consacrer à la lutte contre la pauvreté et le chômage plutôt que de vouloir revenir dans six (06) mois ou de penser à un quelconque référendum.

La prise en considération ayant échoué, le projet est digne d’être enterré.
Le Bénin a une âme et son arme est sa foi en Dieu.

Vive la République,
Vive la démocratie,
Vive la justice,
Vive l’UNAMAB.
Je vous remercie.
La lutte continue

Michel ADJAKA

Leave A Reply