Talon doit se méfier des vieux briscards

0

(Des erreurs politiques à éviter à tout prix)

Par : Giscard AMOUSSOU

Source : Journal « Le Clairon »

Un bloc dur vient de se construire autour du chef de l’Etat Patrice Talon. Il est vrai que l’on pouvait s’attendre à une telle initiative des députés à l’assemblée nationale mais il est impérieux d’attirer l’attention du chef de l’Etat sur ces ralliements de fait. Ayant connaissance de la politique béninoise, le chef de l’Etat doit mieux s’armer pour éviter de tomber dans les mêmes pièges que ses prédécesseurs. L’on a connu des députés sous Nicéphore Soglo qui lui ont tourné dos à la veille de son départ. Le cas de feu Général Mathieu Kérékou n’est pas à ignorer. Pis, c’est celui de Boni Yayi où ceux qui ont décrété le fameux  » après nous c’est nous  » reviennent à la charge. Patrice Talon connaît bien en tant qu’ancien bailleur de la classe politique, la couleur des députés au Bénin. Aujourd’hui, le chef de l’Etat ne doit rien craindre puisque jusque-là seul le projet de révision a été retourné. Autrement dit, toutes les lois introduites par le gouvernement de la rupture sont passées sans difficulté. Il ne serait pas plausible de mettre sa confiance sur un quelconque bloc de la majorité en ignorant les autres. Ce serait pour lui un coup fatal puisque l’actuelle législature n’a que deux ans à peine. Plusieurs sont en quête d’un retour sous le couvert de la rupture. Talon doit mettre plutôt sa confiance sur de nouveaux jeunes qui peuvent l’aider à faire l’affaire. Pour le moment, le chef de l’Etat ne doit craindre aucun rejet de ses lois ni d’une quelconque ratification. Les vingt-trois députés mis de côté peuvent constituer pour lui un grand handicap à l’avenir. Vu que seul le peuple donne quitus à celui qui doit le représenter, il serait indispensable que le chef de l’Etat prépare plutôt ceux qui vont l’aider après cette législature que de se laisser berner par une quelconque déclaration visant à créer un bloc de façade. Dans ce rang figurent des éternels transhumants sur lesquels Talon ne doit aucunement s’appuyer. Patrice Talon ne doit pas continuer dans la même politique que ceux nourris par ces prédécesseurs. Il faut rompre avec cette pratique le plus tôt que possible. Mieux vaut convaincre ses ennemis avec sa cause que de nourrir en eux une haine éternelle. Patrice Talon ne doit pas porter cette chaine que lui tend un tel bloc. Il peut s’agir d’une nourriture empoisonnée comme certains l’ont toujours servi aux anciens chefs d’Etat.

Le soutien de façade est aujourd’hui la bonne politique des députés. Certains sur lesquels l’on ne peut douter de leur attachement au président Boni Yayi, font profil bas pour bénéficier des bienfaits de la rupture en vue du renouvellement de leur mandat. C’est une grave erreur que Talon fera en mettant très tôt en eux sa confiance. Aussi doit-il être très méfiant puisque même un pacte signer devant le plus méchant des fétiches du pays ne lui garanti rien de bon. Patrice Talon doit éviter les pièges que lui tendent les députés. Pour le moment, il ne devra s’inquiéter de rien si ce n’est pas un quelconque retour du projet de révision de la constitution.

Leave A Reply