Mama Séïbou, vice-capitaine des Ecureuils locaux : « Nous ferons tout pour éliminer le Togo »

0

Les Écureuils locaux jouent leur avenir le dimanche 23 juillet 2017 dans les éliminatoires du championnat d’Afrique des nations (Chan) de football face aux Éperviers. Ladite rencontre aura lieu au stade de l’amitié Mathieu Kérékou de Cotonou. Mama Séïbiou, vice-capitaine de l’équipe, dans cette interview rassure le peuple béninois. Le sociétaire de l’Association sportive du port autonome de Cotonou (Aspac) parle de l’ambiance dans le groupe, de leur état d’esprit et évoque aussi l’objectif de cette rencontre.  

Boulevard des Infos : A quelques heures de cette rencontre, qu’elle est l’ambiance dans le groupe ?

Mama Séïbou : Nous sommes ensemble depuis des mois. Nous avons donc pris le temps de nous familiariser et de nousconnaitre. L’ambiance est donc dans le groupe. Nous sommes en famille et tout se passe bien. Nous avons presque achevé notre préparation. Après le nul de Lomé, nous n’avions plus droit à l’erreur. Il nous faut impérativement gagner sur nos propres installations. Et nous le ferons.

Quel est l’état d’esprit de la troupe ?

Le moral y est. Nous sommes galvanisés et déterminés à aller loin. Nous allons tout faire pour éliminer les Éperviers. Je puis vous confirmer que nous sommes prêts pour créer la surprise le dimanche 23 juillet 2019.

L’objectif de ce match ?

Nous n’avons qu’un seul objectif : gagner le match à domicile où nous allons bénéficier du soutien du public sportif pour atomiser les togolais.

Vous n’êtes pas fatigués ?

Non, pas du tout. C’est vrai que le championnat a repris pour notre bonheur. Nous avons tous joués lorsde la première journée et le lendemain nous avons rejoint la sélection. Nous sommes déjà habitués et pour jouer le haut niveau, nous devrons nous habituer à ce rythme.

Un appel au public…

J’invite les béninois à faire le déplacement massif du stade de l’amitié Mathieu Kérékou de Cotonou pour ce match. C’est vrai que nous avions fait un faux pas à Lomé, mais, le dimanche prochain, ça passe ou ça casse.

Propos recueillis par : Pérez LEKOTAN

Leave A Reply