Tolérance zéro au mariage des enfants : Le professionnalisme des hommes de médias sollicité

0

La campagne  » Tolérance zéro au mariage des enfants  » a été lancé le 16 juin dernier à l’occasion de la journée de l’enfant africain sous le haut parrainage de la Première Dame, Mme Claudine Talon. Cette campagne vise à éradiquer ce phénomène qui prévaut dans plusieurs pays africains dont le Bénin. C’est dans cette optique que la maison des médias a organisé vendredi 14 juillet 2017, une conférence de presse qui a connu la participation de bon nombre de journalistes.

Par : Esther TOFFA

Solliciter la participation et l’engagement des professionnels des médias dans le cadre de la campagne  » Tolérance zéro au mariage des enfants « . C’est l’objectif principal de cette conférence de presse qui s’est tenu en début de weekend dernier à l’auditorium de la maison des médias Thomas MEGNASSAN de Cotonou. Au cours de cette rencontre, le conférencier Levy AYEYEMI, Directeur général adjoint du développement des médias a exposé les causes et les conséquences du mariage des enfants ainsi que les approches de solutions pour y remédier. S’agissant des causes, on peut retenir la coutume dont les oncles, les tantes et les chefs traditionnels sont les garants; la vulnérabilité souvent caractérisée par le manque de moyen des parents mais aussi l’influence de la société. Le mariage forcé a plusieurs conséquences désastreuses sur la vie de ces filles-épouses (de moins de 18 ans) qu’on offre à des hommes largement plus âgés qu’elles. Cela peut avoir des effets inéluctables sur la santé de ces filles. Priver les filles de leur droit à l’éducation et les expose au risque de violence sexuelle, physique et psychologique. Les filles épouses sont très exposées aux maladies sexuellement transmissibles dont le VIH/SIDA sans oublier que leur mariage ralenti le développement économique de leur nation.

Mr Levy AYEYEMI a fait savoir lors de sa présentation que certaines actions ont déjà été menées par les autorités en place surtout concernant le volet légal. Ainsi, le Bénin est doté du code de l’enfant et de beaucoup d’autres documents légaux pour aider dans la lutte contre ce fléau. Plusieurs actions sont prévues dans le cadre de cette lutte notamment la sensibilisation des hommes des médias à participer à cette campagne. A cet effet, les journalistes sont invités à mettre à profit leur professionnalisme en initiant plusieurs reportages pour rendre compte ou signaler les cas de mariage des enfants. Le Directeur général adjoint du développement des médias les a exhorté à cibler les personnes directement impliquées à savoir les garants de la coutume, la famille et le monde extérieur (les écoles, les ONG, les salons d’apprentissage et autres) et à user de tous les genres journalistiques pour mener à bien cette campagne. Le président de l’Union des professionnels des médias du Bénin, Franck KPOCHEME présent à la conférence a dit compter sur l’expérience et le bon sens des hommes des médias béninois. Il a pour finir déclaré que « un enfant ne peut être une mère ou une épouse. »

Leave A Reply