Ma femme ne doit être ni une bonne pétasse, ni une bonne cuisinière

0

Par : Mathieu DAHANDÉ

Pour la plupart des hommes béninois, la femme au foyer a pour rôle de faire à manger pour son mari et de satisfaire ce dernier au lit. Ce sont là entre autres rôles, les plus en vue qui se dégagent de toute conversation entre masculins dans notre société. Cela a été tellement ventilé que même les femmes se sont convaincues de ce qu’elles se marient d’abord pour gérer le ventre et le bas ventre de leur mari. Et l’on prend souvent du plaisir à signifier qu’il s’agit là de rôles traditionnellement dévolus à la femme. Aujourd’hui on peut se demander s’il ne s’agit pas là d’une mauvaise interprétation de notre belle tradition qui sans toujours nous le montrer a placé la femme au niveau le plus stratégique de la société. Qu’une femme prépare le repas de son mari et l’accompagne dans son lit, cela doit à mon avis provenir non d’un devoir extérieur mais plutôt de l’amour que cette dernière porte à son homme. Nos mères n’avaient pas grand condiments et pourtant elles réussissaient leur cuisine souvent bien appréciée de leur mari parce qu’elle la faisait avec du cœur. De nos jours par contre on met tout dans l’assiette des hommes mais ils ne sont souvent pas à la maison. Il en ressort que c’est moins le repas que l’amour que recherchent l’homme. Sinon si quelqu’un veut bien manger, qu’il recrute une bonne cuisinière. Et s’il veut une femme pour assouvir ses désirs sexuels alors qu’il se cherche une bonne pétasse. Car c’est cette conception matérielle de la vie de couple qui détruit la famille chez nous. Le rôle de la femme n’est point de faire à manger pour son mari ou d’être présente dans son lit. Le rôle de la femme c’est d’aimer son homme. Et lorsqu’elle l’aime elle veut le voir heureux à table et au lit. Du coup elle s’occupe de son repas avec amour et s’offre toute entière à lui au lit. Ainsi tout vient du fond du cœur et tout dure et tout n’est plus obligation sociétale mais obligation amoureuse.

Leave A Reply