Démarrage du RAVIP : Des citoyens dénoncent des injustices dans la répartition des Kits par département

0

Par : Is-Deen O. TIDJANI

Les opérations du recensement administratif initial à vocation d’identification des populations (RAVIP) démarrent le mercredi 1er Novembre 2017 sur toute l’étendue du territoire national. Dans le cadre de ce grand rendez-vous d’enrôlement des populations, les services compétents ont procédé à la publication de la liste de dispashing des Kits par département. Mais la consultation de cette liste suscite déjà des tôlés au sein de l’opinion. En Effet, certains citoyens relèvent déjà des injustices dans la clé de répartition des Kits d’enrôlement. Dans leurs griefs, ils dénoncent le fait que plusieurs départements moins peuplés (en populations) et très petites (en superficies) soient pourvus en nombre important de kits alors que les localités les plus peuplés et bien vaste en ont moins. Lire ici la lecture croisé d’un béninois.

 » RAVIP: LE NORD, LE MAL AIMÉ

Je me suis amusé à classer les différents départements suivant la taille de leur population, leur superficie et le nombre de kits attribués par le prestigieux comité technique de supervision du ravip. (Source:
http://www.insae-bj.org/12_departements.html )

Département| population| superficie| kits |
__________________________________________
Atlantique 1398229 3233 218
Borgou 1214249 25856 154
Oueme 1100404 1281 154
Alibori 867463 26242 120
Zou 851580 5243 168
Atacora 772262 20499 117
Couffo 745328 2404 119

Colines 717477 13931 128
Littoral 679012 79 75
Plateau 622372 3264 85
Donga 543130 11126 77
Mono 497243 1605 85

Au regard du récapitulatif du dispashing des kits ci-dessus, quelques observations méritent des questionnements légitimes.

- Au nom de quoi le zou moins peuplé et moins vaste que le borgou se voit attribuer plus de kits d’enregistrements?

- Le constat général est que les zones du Nord qui sont les plus vastes en terme de superficie sont moins équipées en kits tenant compte de la densité des populations. Ce qui obligera ces valeureuses populations à parcourir des distances de plus en plus longues afin de se faire enrôler. Ce qui n’est pas le cas des autres départements qui sont des privilégiés.

Dites nous franchement ce qui peut motiver un paysan d’un trou perdu à faire ce sacrifice?

- Pourquoi ne pas avoir tenu compte du facteur distance à parcourir pour leur attribuer plus de kits ? Surtout quand on voit l’Atlantique (Département d’origine du président ) qui a certes , la plus grande population mais repartie sur une superficie 20 fois plus petite, se voit attribuer le plus grand nombre de kits. Ce qui veut dire que chaque habitant de la zone du président de la république aura un kit à quelques pâtées de maisons au regard de la densité de sa population. Le constat est d’autant plus frappant entre le littoral et la donga. En effet, pour une population de 679012 repartie sur une superficie de 79 km2 il est attribué 75 kits au littoral alors la donga qui a une population de 543130 habitants repartie sur 11126 km2 (soit 140 fois plus vaste) se voit attribué seulement 77 kits. Même constat entre le mono et le plateau qui ont été dotés du même nombre de kits alors que la superficie du plateau est le double du mono avec une population plus importante en sus.

- Quelles ont été les critères qui ont prévalu au dispashing des kits?

-Pourquoi privilégier des zones par rapport a d’autres zones ?

-Lorsqu’on constate ce traitement qui est réservé aux zones du nord, n’est ce pas ce qui amène les politiciens de cette zone à affréter des camions pour l’acheminement de ces populations vers les centres de collecte avec ses corollaires de tripatouillage et d’insertion massive d’étrangers ?

- Et si d’aventure il y a un échec de l’opération on viendra nous dire que c’est la faute aux personnes comme nous qui sommes contre à cause des nombreuses irrégularités que regorge ce projet.
Je vous reviens avec les autres constats .
H. Luc »

Leave A Reply