Opinion de l’honorable Guy MITOKPÈ : « Prenons en garde ! »

0

Par : Guy D. MITOKPÈ

Dans la course pour le développement durable de la Nation chaque enfant du Bénin qui est mal formé, mal instruit sur nos valeurs, est un potentiel obstacle au progrès de la République.

Voilà pourquoi développer un pays, n’est pas d’abord les routes et les buildings mais surtout la formation de chacun de nous sur nos valeurs. Là-dessus nous devons être sans concession.

Autrement nous disparaîtrons tous…
Et l’on dira un jour, il était une fois le Bénin…
Nous ne devons donc pas faillir à notre responsabilité. Deux exemples, triés à la volée, pour conforter mon propos:

Primo, la Centrafrique. Ce pays au temps de l’Empereur Bokassa. Ce dirigeant avait au détriment de la construction et de la formation de l’Homme centrafricain, régné en construisant de façon contestable des routes, des palais. Il organisait festin après festin. Il a pratiquement cédé gratuitement l’exploitation des carrières de diamants à des compagnies étrangères. Bokassa et son système n’ont pas anticipé sur la construction des valeurs qui fortifieraient la Centrafrique. Résultat, après, nous pouvons chacun à divers niveau, porté nos appréciations.

Toujours dans le centre du Continent Africain, nous pouvons citer le géant Zaïre. Divisé dès le début de son histoire, il a été abusé. Il continue de l’être. Les Nations fortes, ont très tôt compris, que leurs existences demeurent sur des générations bien formées et éprises de nationalisme et de patriotisme. La construction des écoles (sans programmes soutenus de formation sur les valeurs), la construction des routes, des buildings, et de bien d’autres choses, constitue une bonne chose mais cela ne doit aucunement se faire sans la formation en chacun des fils et filles du pays, d’un amour inconditionnel du pays.

Une formation-éducation. Regardons les pays d’Europe et d’Asie, quel que soit leur parcours politico-historique, ils parlent tous leurs langues et possèdent leurs écritures. La Finlande, le Luxembourg, la Russie, l’Allemagne, la Chine, le Japon, le Vietnam, l’Inde, les pays Arabes, Israel, et je pourrai encore en citer…

Ne nous y trompons pas. Quand je parle de nos valeurs, je parle de l’intégrité et de l’amour de la Patrie.
Quand je parle de nos valeurs, je parle de la promotion de nos langues nationales, fongbé, dendi, nago, adja, mahi et autres… nos langues, nous devons faire un choix national de quelques unes d’entre elles qui seront enseignées à nos enfants.
Quand je parle de nos valeurs, je parle du fait que nous devons être fier d’être du Bénin et travailler à reduire la corruption… car autant que nous sommes, nous sommes des ambassadeurs de ce cher et beau pays.
Désormais, quand on dira c’est de la Beninoiserie, que cela soit pour des actes de développement et non de méchanceté…

voici quelques raisons de nos indignations … je continue de croire que nous pouvons réussir..

Leave A Reply