Laurent TONEGNIKES du CRAN-BÉNIN déplore le « néo-esclavagisme en Libye »

0

Par : Is-Deen O. TIDJANI

Les deniers événements qui font état de la vente des hommes de couleurs en Libye n’ont pas laissé indifférent Monsieur Laurent TONEGNIKES, Président du Conseil Représentatif des Associations Noires section Bénin (CRAN-BÉNIN). À travers un message fort, ce jeune leader qui se bat pour l’égalité du genre, a non seulement déploré ce qu’il convient désormais d’appeler « la tragédie de la Libye », mais aussi condamner l’attitude de certains chefs d’État africains qui favorise cette situation regrettable. Dans les lignes à venir, nous vous proposons de lire son message.

*********************

« Consternés sommes nous avec les derniers événements qui ont cours en Libye concernant ce que nous pouvons appeler le néo-esclavagisme. Un acte ignoble qui n’honore pas l’Afrique. Très tôt, des voix se sont élevés pour dénoncer cette pratique qui humilie la race noire. Nous voudrions remercier tous les panafricanistes qui ont condamné cet état de chose.

Mais des questions méritent d’être posées
1- À qui profite ce crime dans un contexte ou le CRAN et certaines organisations anti-esclavagistes luttent pour la réparation des dommages liés à l’esclavage ?

2- Quels sont les raisons fondamentales qui ont conduit à cette situation ?

3- Certains chef d’Etat sont également monté au créneau, les uns pour condamner, les autres pour demander que la question soit inscrite l’ordre du jour de la prochaine session de l’union Africaine.

4- Il ne sert à rien de condamner seulement ce qui se passe en Libye. Que deviennent ces noirs qui arrivent à dépasser la Libye pour atteindre l’Italie et l’Espagne ?

5) Mais il convient de se demander si ce n’est pas eux ces chefs d’État qui sont responsables et même coupables dirons-nous du fait de leur manque de vision?

Toute en condamnant ce que subissent nos frères noires en Libye, le CRAN-BÉNIN rappelle aux chefs d’État africains que leur manque de vision pour la jeunesse est un crime qui ne saurait être toléré. Pour exemple, surpris sommes-nous avec la réaction spontanée du président Nigérien, lui qui cautionne l’exploitation de l’Uranium du Niger bafouant les intérêts de son pays. Laquelle ressource minière pouvait à elle seule, suffir à avoir les moyens d’une bonne politique de développement pour l’emploi et le plein épanouissement des jeunes Nigériens.

Nous voudrions à l’analyse des interventions des chefs d’État, leur demander de bien vouloir arrêter leur comédie et de cesser de jouer aux sapeurs pompiers. Au lieu de nous distraire, ils feraient mieux de définir des politiques concrètes pour la jeunesse ce qui empêcherait les jeunes à prendre des risques.

Chefs d’État d’Afrique, prenez conscience des dégâts que vous causez. Au jeunes africains, je dirai que tout risque mérite d’être pris, mais on ne prend pas tous les risques. Car risquer sa vie pour une incertitude relève d’une incongruité.

La période de l’esclavage est révolue.

Donc plus jamais ça.

Oui plus jamais ça.

Que chacun prenne ses responsabilités. »

Leave A Reply