Présence confirmée de lions et d’hyènes à Malanville : Les populations appelées à la prudence

0

(Le Commandant des eaux et forêts Mathias AFFOUKOU, en collaboration avec ses éléments sensibilise et rassure les populations)

Par : Firmin BASSAO

Alerte aux animaux sauvages quand ils arrivent en ville. L’autre fois c’était un couple de Lion. Cette fois-ci ce sont des hyènes, un mal et une femelle qui sèment la terreur dans les ménages à Malanville. Bilan des dégâts causes: 4 chèvres déjà abattues et dévorées. A la faveur de la nuit, les hyènes en question sortent de leur cachette et font des prélèvements. Les populations vivent dans la frayeur, craignant qu’au-delà des animaux domestiques, ces bêtes sauvages ne s’en prennent aux humains, surtout que dans la nuit du lundi à mardi encore, entre minuit et 1 heure de matin,  un couple de lion a été encore aperçu au bord du goudron à la hauteur du village d’Alfakoara.

De la présence des hyènes en plein coeur de Malanville.

Lundi dernier, une scène inhabituelle réveille dans la nuit profonde, les habitants de TASSI, un quartier de  Malanville. Deux chèvres d’un ménage du quartier venaient d’être fraîchement dévorées par des animaux sauvages non encore identifiés. La peur au ventre, ils alertent les voisins qui, très vite, se mobilisent et découvre le spectacle ahurissant.

Djima Alamou chef de ménage s’en désolait dans la matinée de ce mardi lors de passage du commandant AFFOUKOU, agissant au nom du Chef d’Inspection Forestière Alibori.

Ce n’est que 48 après et suite à un deuxième prélèvement toujours dans le même ménage, mais aussi dans d’autres concessions voisines, que les victimes se rendent bien compte de la nature des prédateurs. Un couple d’hyènes en quête de chaire animale à dévorer et qui s’en prend aux animaux du cheptel.

Les populations ont peur. Peur de voir leurs animaux dévorés. Peur d’être attaqués au cas où ces félins ne trouvaient rien pour calmer leur soif de chair fraiche.

Pour l’heure, les deux hyènes courent toujours. Les localiser et pouvoir les maîtriser reste l’objectif des autorités de l’administration forestière afin que la population inquiète, puisse retrouver son sommeil.

Devant le commandant AFFOUKOU, L’Adjudant Gérard KINMADON, responsable de la section communale des eaux et foret Malanville rassure des dispositions prises à cet effet.

Dans le rang des élus communaux on envisage même des pratiques endogènes pour pouvoir éloigner les fauves de la ville. Inoussa DANDAKOE, maire de Malanville plaide toutefois pour une meilleure dotation en moyens techniques et surtout roulants à l’endroit des agents des eaux et forêts de l’Alibori. La préservation du Parc w en dépend.

Les activités de braconnage autour et à l’intérieur du Parc w, mais aussi dans les forêts classées est une pratique qui rompt l’équilibre écologique et du coup brise la chaîne alimentaire, rappelle le commandant AFFOUKOU. Des actions hardies sont donc nécessaires pour préserver aussi bien la faune que la flore  de cette réserve mondiale mais aussi des forêts classées.

Leave A Reply