Abattage des volailles au marché Saint-Michel : Une activité menée de plus en plus par des femmes

0

Elles sont nombreuses dans le marché Saint-Michel de Cotonou à rendre la préparation du poulet facile aux femmes. Elles, ce sont les femmes abatteuses de volailles. Une activité initiée depuis des années par dame Bilola.

Par : Esther TOFFA

Poules, coqs, canards, pigeons, pintades. Autant de volailles qui passent sous les couteaux infernaux de ces dames chargées de l’égorgement, du déplumage et du dépiècement des gélines dans le marché de Saint-Michel. Tout ceci dans un environnement dont l’hygiène laisse à désirer. À l’origine pratiquée à la cuisine, l’abattage des volailles est devenu une activité génératrice de revenus. Instaurée depuis plus de 20 ans par Dame Bilola, cette activité connait depuis une extension considérable. «Au départ, c’est sous les bâches, dans des conditions pas très agréables qu’on travaillait. Cela s’est un peu amélioré grâce à la bonne foi de mon fils aîné» a expliqué dame Bilola. À en croire ses propos, l’activité était à la genèse exercée par des jeunes orphelins qu’elle ramenait du village.

Plusieurs étapes sont mises en jeu dans le processus de l’abattage de ces volailles. Selon « Lydie non », une femme abatteuse, après avoir égorgé la volaille, il faut le mettre dans de l’eau chaude. On passe ensuite au déplumage, au nettoyage et enfin dépiéçage de la géline.

Comme toute autre activité, l’abattage des volailles présente bon nombre de difficultés. «De la mise à mort au dépiéçage, nous sommes exposées aux blessures et à certaines infections dues aux larves qu’on retrouve parfois dans les volailles», confie dame Bilola. L’humeur des clients et le prix constituent également des difficultés pour les abatteuses d’après « Lydie non ».

L’initiatrice de l’abattage des volailles par les femmes en tant qu’activité dans le marché Saint-Michel de Cotonou, dame Bilola a tenu à lancer un appel particulier aux autorités communales et gouvernementales. Elle les invite à mener des actions en vue d’assainir leur lieu de travail  et d’améliorer les conditions de travail des femmes.

Leave A Reply