Bilan de 15 ans de décentralisation au Bénin : Luc Atrokpo plaide pour la dynamisation de l’économie locale

0

Par : Franck DANNOUMÈ

Des avancées notables même s’il y a encore quelques limites. C’est le bilan fait ce dimanche 11 mars 2018 par le Maire Luc Sètondji Atrokpo, Président de l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB) sur le plateau de la télévision nationale. Invité sur l’émission 3D de l’Ortb pour faire le bilan des 15 ans de la décentralisation, en compagnie de deux autres personnalités, le patron des maires et président du Conseil Communal de Bohicon a fait un véritable plaidoyer en faveur de la dynamisation de l’économie au niveau des collectivités territoriales. Selon lui, l’administration communale est une administration de développement. Et à ce titre, elle a besoin non seulement des cadres bien formés et bien expérimentés mais aussi d’une organisation économique bien structurée pour financer ses ambitions et être moins dépendante des aides extérieures. Ainsi, le président de l’Ancb estime qu’« il faut faciliter l’accès des communes au marché de l’emprunt ». Convaincu de ce qu’il n’y a de richesses que d’hommes, Luc Atrokpo a insisté dans son intervention sur le renforcement des communes en ressources humaines de qualité. «On a l’impression que lorsqu’on parle de ressources dans les communes, les gens ne pensent qu’aux ressources financières, mais non. Il n’y a de richesses que d’hommes. Les communes aujourd’hui sont handicapées par le fait que les ressources à même de conduire le développement n’existent pas », a-t-il fait observer. Dans un développement cohérent, clair et concis, le Maire de Bohicon, appuyé par les deux invités, a démontré la nécessité pour l’Etat d’accompagner véritablement les communes. Pour lui, « La commune est tout sauf un Etat dans un Etat. Mieux, la commune est un démembrement de l’Etat et il n’y a pas d’autre représentant de l’Etat dans la commune que le maire ». De ce point de vu, l’Etat représenté par le gouvernement devrait travailler main dans la main avec les collectivités locales pour faire du développement à la base, une réalité.

Sur la question du transfert des ressources, le président de l’Ancb pense que beaucoup d’efforts sont faits actuellement par le gouvernement même si on reste très loin des 15% du budget de l’Etat exigés par les normes communautaires. A ce titre, il salue l’instauration du Fadec Assainissement qui est une innovation du gouvernement de la rupture. « En 2017 par exemple, nous avons eu le FADeC Assainissement au niveau du ministère du cadre de vie. Je voudrais féliciter le ministre du cadre de vie parce que ce n’était pas donné. Ça a été une volonté du gouvernement, du ministre du cadre de vie de le faire et c’est à saluer et à encourager par les maires. Ce qui reste, c’est de faire en sorte que toutes les communes puissent bénéficier de ce FADeC Assainissement » a reconnu le maire. Il n’a pas manqué de saluer la volonté, l’écoute permanente dont bénéficient aujourd’hui les communes de la part du ministre de la décentralisation avant de souhaiter que le processus de relecture des textes actuellement en cours permette aux acteurs de régler la majeure partie des difficultés actuelles. Un point de vue partagé dans l’ensemble par les deux autres invités qui n’ont pas manqué eux-aussi de saluer les progrès réalisés par le Bénin en matin de décentralisation.

Leave A Reply