Justice/Unamab : Michel Adjaka transmet le bâton de commandement ce jour

0

Par : Is-Deen O. TIDJANI

Le désormais ancien président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab), le président Michel Adjaka s’en va. Il passe officiellement le bâton de commandement à son successeur Marc Robert Dadaglo, élu le lundi 5 mars 2018 au terme des travaux de l’Assemblée générale élective de leur association.

Après deux mandats bien rempli, mais non sans accrochages avec les dirigeants du pays, le « Saint Michel Archange » des magistrats dépose officiellement les armes de la lutte. L’homme qui aura tout donné pour redorer le blason de la maison justice et œuvrer de toutes ses forces pour conserver l’autonomie de la justice vis-à-vis du pouvoir judiciaire, rentre derrière les rideaux. À quelques instants de ce moment solennel de transmission du témoin, Michel, fils de la lignée Adjaka a légué un billet à la postérité. À travers cette tribune que voici (lire ci-dessous), l’homme adresse ses remerciements à ses compagnons de lutte, mais aussi formule des excuses à tout ceux qu’il aurait blesse dans l’exercice de sa mission au cours de son mandat à la tête de l’UNAMAB. Lisez plutôt.

********************

DIEU, MERCI

Conformément aux statuts de l’UNAMAB, je passe avec soulagement service demain mercredi 07 mars 2018 au nouveau Bureau Exécutif de l’UNAMAB présidé par le collègue Robert DADAGLO.

Je rends grâce au Seigneur, l’Éternel des armées pour m’avoir constamment soutenu, nonobstant mes faiblesses, pendant mes deux mandats de combats sans répit à la présidence de l’UNAMAB.

A celles et ceux qui m’ont accompagné, malgré mes défauts, je vous exprime ma profonde gratitude.

A celles et ceux qui ne m’ont toujours pas compris, je leur demande d’accepter le droit à la différence.

Je vous rassure que mes positions sont l’expression d’une conviction et la traduction d’un engagement à faire de la justice un pouvoir véritablement indépendant au service de la République.

Mon intime conviction est qu’il n’y a pas de développement, encore moins de véritable progrès social sans une justice crédible et accessible.

Cette conviction ne me quittera jamais. Je me battrai pour qu’elle soit vérité et réalité.

Merci aux collègues membres du Bureau Exécutif pour leur loyauté et dévouement sans contrepartie.

Merci à tous les collègues pour leur soutien et leur engagement pour une Union au service de tous.

Vive l’UNAMAB.

MERCI

Michel ADJAKA

Leave A Reply