Mouvement d’humeur des étudiants : L’UAC à nouveau l’épicentre de vives tensions

0

Le campus universitaire d’Abomey-Calavi est le théâtre de vives tensions depuis le jeudi 1er mars 2018. A l’origine de cette situation, le mouvement d’humeur des étudiants qui réclament entre autre, une meilleure condition de vie dans le village universitaire.

Par : Is-Deen O. TIDJANI

Les responsables des différentes organisations estudiantines manifestent leurs colères afin d’exiger une meilleure condition de vie. Le jeudi 1er mars 2018, leur mouvement d’humeur a pu se dérouler sans heurts avec les agents de la police républicaine, qui ont été pourtant lapidés par les manifestants.

Mais dans la journée du vendredi 2 mars 2018, la manifestation des organisateurs loin de se dérouler de façon pacifique, a un peu remué le campus.

En effet, lors de la manifestation du vendredi 2 mars 2018, les étudiants avaient très tôt pris d’assaut la route inter état Cotonou-Bohicon qu’ils ont barricadé à hauteur du campus. Dans leur procédure habituelle, ils ont aussi incendié des pneus sur le bitume, empêchant du coup la libre circulation des personnes et des biens.

Dès lors, les forces de l’ordre ont été sollicitées pour libérer la voie. Cette entrée en scène des éléments de la police républicaine n’a pas été une tâche facile. Comme on pouvait si attendre, ils ont essuyé des jets de pierres de la part des manifestants. En réplique, cette force républicaine a fait usage de son arme de dissuasion, le gaz lacrymogène, afin de, non seulement libérer la voie publique, mais surtout pour rappeler aux manifestants que la chose publique (la route Inter-état, ndlr) ne doit pas être détruite lors de leur mouvement d’humeur. Ce n’est qu’après quelques heures que la circulation a été dégagée pour le bonheur des usagers de la route. Après l’accalmie observée en fin de journée du vendredi et toute la journée du samedi 3 mars, l’on croyait déjà que la situation était déjà sous contrôle. Mais erreur ! Le mercure est encore monté hier dimanche 4 mars 2018 sur le campus d’Abomey-Calavi. En effet, hier dimanche 4 mars, certains étudiants qui étaient sur le campus dans le cadre des compositions du premier semestre, n’ont rien pu faire. Ils ont été simplement renvoyés des salles de compositions par leurs camarades frondeurs. Entre midi et 14 heures, ce dimanche 4 mars, la tension était telle que les éléments de la police républicaine ont dû être à nouveau sollicités pour ramener l’ordre. Au moment où nous mettions sous presse ces informations, des sources proches des responsables d’organisations estudiantines nous renseignent que l’atmosphère restera encore tendue cette semaine. Attendons de voir.

Leave A Reply