Bénin/Poursuite ou non de la grève dans l’enseignement : Guerre de tranchées entre les syndicats désormais

0

Par : Is-Deen O. TIDJANI

Ils n’arrivent plus à accorder leurs violons quant à la suite à donner aux mouvements de grèves qui paralysent les écoles et collèges du Bénin depuis bientôt 3 mois. Eux, ce sont les responsables syndicaux des centrales et confédérations syndicales qui ont embarqué leurs syndiqués dans le mouvement de débrayage depuis lors. Et la situation conflictuelle qui prévaut depuis ce lundi le prouve à suffisance.

En effet, dans la journée de ce lundi 9 avril 2018, trois responsables syndicaux à savoir Anselme AMOUSSOU de la CSA-Bénin, Moudachirou BACHABI de la CGTB et Christophe HOUESSIONON de la CSUB, ont rendu officiel un communiqué conjoint à travers lequel ils annonçaient à tous leurs syndiqués, « la levée de la motion de grève » qui avait court dans les écoles et collèges sur toute l’étendue du territoire national.

À l’opposé, trois autres responsables syndicaux à savoir Nagnini KASSA MAMPO de la CSTB, Noël CHADARÉ de la Cosi-Bénin et Emmanuel ZOUNON de l’UNSTB, ont, eux aussi, immédiatement sorti un autre communiqué dans lequel ils invitaient leurs syndiqués à « Poursuivre les mouvements de débrayages dans les écoles et collèges jusqu’à nouvel ordre ».

Si pour les premiers (CSA-BÉNIN, CGTB et CSUB), les intérêts des enfants (apprenants) doivent être privilégiés afin de sauver l’année scolaire qui a déjà été paralysée durant 3 mois, les autres (CSTB, COSI-BÉNIN et UNSTB) quant à eux, estiment que les mouvements doivent se poursuivre car leurs luttes étant justes et nécessaires pour le bonheur des enseignants mais aussi pour l’intérêt des apprenants.

Ces derniers (CSTB, COSI-BÉNIN et UNSTB) conditionnent le retour à la normale de la situation à la « rétrocession des défalcations et à la satisfaction des revendications ».

Le constat général fait état de ce que ces responsables syndicaux sont non seulement divisés, mais chaque camp s’emploie à tirer le drap de son côté afin de prouver que c’est sa cause qui est la bonne.

Dans le même temps, la confusion et l’incertitude s’installent dans les esprits. Bien malin qui pourra dira jusqu’où ira cette guerre de tranchées dans la maison des partenaires sociaux. L’atmosphère à la bourse du travail restera délétère pendant bien longtemps et la méfiance de mise.

Ceux qui ont levé la motion de grève
Ceux qui ont levé la motion de grève
Ceux qui poursuivent la grève.
Ceux qui poursuivent la grève.

Leave A Reply