Budget fantôme

0

Par : Giscard AMOUSSOU

La polémique s’enfle de plus en plus. La cour constitutionnelle est devenue l’institution indésirable de certains. Nul doute néanmoins que la racine principale sur laquelle repose la démocratie reste et demeure la constitution. Alors que les vrais constitutionnalistes vantent les mérites de notre cour constitutionnelle, les politiques semblent la déstabiliser. Si l’impartialité de la cour dans ces décisions a permis de maintenir l’équilibre démocratique, il faut dire que cette cour ne mérite pas autant d’opprobres jetées sur elle. Nonobstant les attaques diverses dont font montrent certains citoyens et les journaux, c’est la question du budget qui crée polémiques. Depuis la semaine écoulée cette polémique sur le blocage du budget de la cour constitutionnelle n’a trouvé que des réponses dans la presse. Pour le moment aucune voix autorisée n’a pu révéler la vérité. Si pour les défenseurs du gouvernement, le budget est déjà consommé à 61%, tel n’est pas le cas selon le communiqué rendu public par la cour elle-même. 17% de décaissement sans les salaires. Que peut-on comprendre de cette guerre froide entre l’exécutif et la cour constitutionnelle. Impossible de croire que la cour fonctionne sans budget depuis quelques semaines voir mois. Il est vrai que le mandant de la cour non désirée qui crée des soucis au gouvernement tire à sa fin. Il est aussi vrai que la cour a joué un rôle majeur pour la stabilité de la démocratie. Si aujourd’hui, il faut que la cour se range du côté des députés ou du côté de l’exécutif ou encore du peuple, la démocratie béninoise est en péril. Si certains se plaisent de dire qu’ils auront leur cour constitutionnelle en juin prochain, c’est déjà un risque que cour le pays. Tout le peuple sait combien de fois ni le gouvernement ni les députés ont bafoué la décision de la cour constitutionnelle et se plaisent dans cette posture. Le Bénin court déjà de gros risques si la cour constitutionnelle continue d’être la cible des attaques néfastes pour notre démocratie. L’on se demande si le Bénin continue d’être une République bananière puisque les décisions de la cour sont violées aux quotidiens. Il faut se demander alors l’avenir de la cour constitutionnelle à la solde de l’exécutif. Ce qui est sûr l’on sait bien qu’après les attaques diverses sur les décisions rendues, c’est le budget qui est visé. Encore quelques mois et la cour de Holo auraient fait ce qu’il peut pour le maintien de la démocratie. Qu’importe le clair sombre autour du budget persiste.

Leave A Reply