Chapeau à Talon

0

Par : Giscard AMOUSSOU

Encore un démantèlement. Un réseau de tueurs silencieux. Un réseau bien organisé. Qui l’eut cru. Les complices vomissent déjà leur coup. Les maladies incurables, le taux croissant des dialysés, les morts silencieuses se multiplient innocemment. L’on ne peut tout citer. Les médecins prescripteurs n’en savent certainement rien. Les médicaments de la mort circulent depuis des années dans le pays sans que personne ne s’en rende compte. Tout le monde est coupable. Du moins toutes ces autorités complices de commercialisation de produits pharmaceutiques douteux. Ils sont une kyrielle à servir leur ventre en tuant silencieusement des milliers de béninois. Peut-être par ignorance pour certains. Mais le mal est profond. Très profond qu’il est difficile de le détecter. Le ministère de la santé qui depuis des années ne dispose de laboratoire de contrôle des principes actifs des médicaments est coupable. Les milliers de médicaments d’origines douteuses circulent dans les centres de santé et dans les pharmacies sans pour autant soulager les patients.  C’est clair qu’au Bénin, les populations vont acheter la mort pour se traiter. Si pendant longtemps les populations ont subi cette intoxication nationale, il est bien difficile de régler le problème. Les nombreuses personnes qui trainent encore les séquelles de cette légèreté ne savent toujours pas ou mettre la tête. Même si l’on condamne le chef de l’Etat de mettre sa bouche dans tout alors qu’il a des collaborateurs  » compétents « , il faut saluer l’homme. Patrice Talon a su s’impliquer personnellement pour démanteler ce rocambolesque dossier de trafic de médicaments de contrebande. Les excuses des grossistes ou pharmaciens complices ne doivent pas plomber le dossier. Il n’est pas question d’amnistier quelqu’un si tant est qu’on ne pourra ressusciter les nombreux citoyens qui ont perdu la vie pour avoir consommer de faux médicaments commercialisés dans les officines par des grossistes. Patrice Talon ne doit pas se laisser faire puisque nombreux sont ces médicaments qui circulent toujours soit dans les pharmacies soit dans les boites à pharmacie des familles sans qu’ils ne s’en rendent compte. L’on est en mesure d’incriminer les gouvernements précèdent qui n’ont pu installer un laboratoire de référence de contrôle des principes actifs des médicaments en circulation au Bénin. La volonté de Patrice Talon de réussir ce challenge est à saluer. Seulement que la mort côtoie toujours le peuple qui n’a pas le choix de se voir prescrire encore des médicaments douteux.  En attendant l’achat des médicaments, il faut tirer chapeau au chef de l’Etat.

Leave A Reply