Bénin : Un pays qui souffre de ses intellectuels (Réflexions)

0

Par : Giscard AMOUSSOU

L’on ne saura plus ce qui compte pour les intellectuels de ce pays. Aujourd’hui, le pays reçoit plus de coups, non pas de la pauvreté, mais de ses cadres. Il est difficile de comprendre que les cadres béninois forment la génération montante sur des mensonges, des rivalités, des conspirations, des compromissions et l’irresponsabilité.

C’est difficile de comprendre une telle réalité qui n’est malheureusement qu’une évidence. Ceci au regard de ce qui se passe dans le pays. On est choqué de voir naître une rivalité entre les décisions de la Cour constitutionnelle et l’interprétation du gouvernement qui parfois, interpelle la conscience citoyenne.

Une interprétation des textes par des intellectuels qui tantôt s’érigent en défenseurs tantôt, en oppresseurs voir en opposants.

La réalité est pourtant là, puisque ce ne serait que l’héritage de la jeunesse, et un leg à la postérité.

Jusqu’à nos jours, la politique s’infiltre dans cette éducation en inculquant ses vices à la jeunesse, cadre de demain. Les invectives sont devenues monnaie courante et demeure la marque de la jeunesse.

Il est clair que les premiers coupables ne sont personne d’autres que les cadres qui utilisent cette même jeunesse pour leurs coups. Il ne s’agit pas forcément comme l’a dit l’autre, d’un désert de compétences. Il s’agit plutôt de la malhonnêteté intellectuelle. Simplement parce que personne ne veut laisser positivement sa marque pour le développement du pays.

Les réflexions se mènent selon que l’on soit loin de la marmite (de l’opposition) ou proche de la table (de la mouvance) Les mêmes situations se répètent malheureusement au quotidien.

Une dynamique dans laquelle s’embobine indéfiniment et fébrilement la jeunesse innocente. Le Bénin s’embourbe progressivement dans un décor fatal. L’intellect béninois est soumis à rude épreuve. Le développement du pays n’est pas en réalité le vœu de ces cadres qui ont pourtant l’avantage d’être formés par des élites.

Aujourd’hui, tout porte à croire qu’ils se refusent d’être l’image de ces élites dont ils ont hérité le savoir et le savoir-faire. Ces héritiers des sachants d’hier, ont malheureusement transformé en quelques dizaines d’années, le quartier latin de l’Afrique, en un bourbier politique.

Les rivalités des intellectuels béninois contre le développement du pays restent le complot qui sacrifie la jeunesse du pays. Le problème du Bénin n’est rien d’autre que ces « soi-disant » intellectuels qui n’ont d’yeux que pour leurs propres intérêts.

Comme des caméléons, ils réfléchissent selon leur position politique. En définitive, faute de lumières, l’avenir de la jeunesse semble désormais hypothéqué à cause d’un horizon de plus en plus sombre. L’heure doit être à un réarmement moral. Cela urge.

Leave A Reply