Mémoires de chaudron : Un essai qui retrace les coulisses du pouvoir présidentiel 

0

« Que retenir des 100 premiers épisodes de Mémoires du Chaudron ? » C’est la question essentielle qui a suscité l’organisation par les membres du forum « Breaking news », d’une soirée de réflexions intellectuelles sur le récit livré par Tiburce Adagbè à travers Mémoires du Chaudron. Mercredi dernier, ils se sont retrouvés à Cotonou pour élucider la question à travers plusieurs panels. 

Par : Is-Deen O. TIDJANI

Cinq panélistes ont permis aux participants à cette soirée intellectuelle de se plonger dans les récits de l’auteur Tirbuce Adagbè. Par diverses thématiques, les panelistes ont entretenu l’auditoire de circonstance sur les tenants et aboutissants du memoire de chaudron.

« Du discours littéraire à l’apport des réseaux sociaux », Kouamé Senou s’est attelé à cette communication. À la tâche, il explique  qu’à travers mémoires du Chaudron, il faut y voir « un récit, un essai politique, de l’autobiographie et un guide touristique. »  Il fait également savoir que Mémoires du Chaudron est né d’une discussion un soir sur le forum « Breaking news ». C’est en voulant clarifier la situation le lendemain, que l’auteur lance le public dans une suite infinie de récit passionnant, révélateur et contradictoire.

Pour Kouamé Sènou, il s’agit des résultats d’une publication connectée. L’auteur écrit tout sur inspiration sur son téléphone portable. A l’en croire, le récit atteint des centaines de milliers de personnes connectées. Les statistiques sont évocatrices.

La deuxième thématique abordée est « Impacts possible de mémoires de chaudron sur la conception de la communication politique au Bénin », présenté par Léon Anjorin Koboudé. Pour ce dernier, « Cet essai offre l’occasion de savoir les différents aspects d’une élection présidentielle. » A l’en croire, Mémoires du Chaudron offre l’occasion de découvrir les coulisses d’une campagne électorale. « Toute chose qui, permet de savoir les différentes stratégies en politique. » Il fait remarquer quà travers le récit, on découvre qu’ « avant de s’engager dans une élection présidentielle, il faut compter avec le terrain ». Ce qui est bien nécessaire dans une campagne est quil faut avoir un ancrage économique et social. Et cela, l’auteur la démontré plusieurs fois dans son récit.

Léon Anjorin Koboudé, confie que « la segmentation du discours a été une arme. Elle vous permet de s’adapter dans un discours selon la réalité du milieu. » Pour lui, « les médias ont leur place dans la stratégie de conquête de pouvoir ». Et lélection de Boni Yayi en 2006 le révèle bien. Il estime que le gagnant d’une élection c’est celui qui ose beaucoup. Et pour cela, il faut être le « point de convergence, de ralliement de toutes les tendances ». Aussi fait-il remarqué qu’il faut avoir la capacité d’innovation. En cela Boni Yayi la révélé.

Agapit Napoléon Maforikan était le troisième communicant de cette soirée intellectuelle. Dans son exercice, il a présenté  » Ecriture de l’histoire, Rhétorique, intérêt de l’exercice ». Il confie qu « au delà de tout, le travail donne un certain nombre d’informations. C’est un exercice de narration d’un genre particulier, que l’auteur a réussi ». Selon le communicant Maforikan, « tout le monde a soif de savoir comment se passe la campagne électorale au Bénin. », premier mérite de l’exercice, soutient-il. « C’est aussi faire connaître un ensemble de réseau politique », estime-t-il. Il soutient aussi que l’auteur fait savoir qu’il est resté proche de la campagne. « C’est un discours qui se rapporte à lui. Faire savoir les implications, les réseaux. Faire connaître le guide touristique. Vivre et vendre le pays », autant de choses que révèlent Mémoires du Chaudron. Agapit Napoléon Maforikan dira que « Mémoires de Chaudron permet de connaître le personnage, son art, sa capacité de fournir des informations avec précision. » Pour lui, cest « l’art ajouter au médias et au phénomène de réseaux sociaux qui a donné cet écho ». Les lecteurs ont chaque jour soif de découvrir la suite du récit. Le dernier thème abordé est « Lecture et analyse sociologique du comportement électoral au Bénin à travers Mémoire de Chaudron », présenté par le Général à la retraite Célestin Guimè. « Pour la conquête du pouvoir, l’information est essentielle et surtout la connaissance de l’histoire et de la sociologie politique », dit-il. Pour lui, l’un des déterminants d’une élection présidentielle est le soutien des hommes politiques (les marchands électoraux). « Ils vendent leur fief ». Il faut compter aussi sur les réseaux. Il indique l’importance de la connaissance sociologique des régions et parfois les ethnies. Cela a été bien révélé dans Mémoires du Chaudron où le président Boni Yayi dans sa campagne électorale est capable de démontrer son appartenance à diverses ethnies. Il n’a pas occulté ce qu’il appelle le nerf de la guerre.

Pour le général Célestin Guidimè, il était invité à cette soirée intellectuelle, « l’argent à structuré notre système électoral ». Les diverses rivalités ethniques ne doivent transparaître dans le combat pour les élections. Il fait savoir que  » dans le cadre d’une élection présidentielle, la candidature unique du septentrion partira toujours contre les candidatures nombreuses du Bénin méridional. » Somme toute, il faudra retenir que Mémoires du Chaudron est un récit atypique, d’une réalité qui démontre les coulisses d’une élection présidentielle. 100 épisodes sont déjà disponibles et les lecteurs et autres internautes sont impatients de lire la suite.

Leave A Reply