Bénin/Éducation : Le gouvernement balise le terrain pour une année scolaire apaisée

0

Par : Is-Deen O. TIDJANI

Cette année scolaire 2018-2019 sera visiblement des plus apaisées que le Bénin connaîtra. C’est ce qu’on est tenté de dire eu égard aux différentes dispositions que le gouvernement du Président Talon aura pris en amont. Du côté des enseignements maternelles et primaires, que des enseignements secondaire Technique et de la Formation Professionnelle, les différents ministres ont mis les bouchées doubles pour que tous les acteurs du système éducatif, démarrent cette année scolaire sans anicroches.

Chacun des ministres aura de commun accord avec les partenaires sociaux et autres acteurs impliqués, pris des mesures courageuses mais nécessaires, pour s’assurer de la bonne démarche méthodologique et pédagogique avant cette rentrée.

Une démarche pédagogique au maternelle et primaires

Au niveau du ministère des enseignements maternelles et primaire, le gouvernement du Président Patrice Talon a décidé de prendre les taureaux par les cornes. C’est dans cette droite ligne, que le ministre Salimane Karimou a mis en œuvre la décision du gouvernement, celle de procéder à l’évaluation/tests des enseignants (instituteurs/institutrices) afin de jauger leurs connaissances/compétences dans différentes matières qu’ils enseignent dans nos salles de classes. Ce test aura permis de déceler certaines insuffisances aux niveaux de nos maîtres/maîtresses et d’y apporter des corrections le plus tôt possible. La correction de ces insuffisances se traduira par le changement de classe (du CM1 au CP par exemple) à certains maîtres/maîtresses dès cette rentrée scolaire qui démarre ce lundi 17 Septembre 2018.

Toujours dans le souci de bien faire et surtout d’encourager l’excellence dans nos écoles, le gouvernement du Président Patrice Talon a-t-il aussi pris la décision salutaire, de décharger tous les responsables d’écoles qui n’ont pas obtenu des résultats satisfaisants aux derniers examens du certificat d’études primaires (CEP). En étroite collaboration avec les chefs d’établissement, le gouvernement a déjà aussi tout mis en œuvre pour convoyer, les premières parties des vivres destinés aux cantines scolaires des petits écoliers, vers les lieux (magasins) retenus à ces fins. Des ateliers et autres camps de formation ont été aussi organisés au profit de plusieurs maîtres et maîtresses dans les départements sur toute l’étendue du territoire national.

Le coup de maître du Professeur Mahougnon Kakpo

Au niveau des enseignements secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, le Ministre Mahougnon Kakpo a été plus méthodique. Après différents travaux et autres démarches pour une bonne préparation de la rentrée scolaire 2018-2019, le Professeur, très pointilleux en matière de procédure, a également mené deux autres actions largement saluées par les acteurs du monde éducatif. Il s’agit premièrement de la signature et affichage à temps, de la liste des affections des ACE (Agents Contractuels de l’Etat) et APE (Agents Permanents de l’Etat) sur toute l’étendue du territoire nationale. Ce qui a permis à tous les enseignants concernés par ces affections, de savoir à quoi s’en tenir et surtout de prendre à temps leurs responsabilités pour les démarches de déménagements vers leurs nouveaux milieux de travail.

La deuxième action du Professeur Mahougnon Kakpo qui aura aussi sidéré le monde éducatif est la signature et l’affichage avant la rentrée scolaire, dans les 12 Directions Départementales du pays, des arrêtés de nominations des nouveaux responsables pédagogiques et administratifs et les nouveaux chefs d’établissements.

À cela s’ajoute, la transmission de lettres de missions à tous les chefs d’établissement des 12 départements du Bénin afin de mettre ces derniers face à leurs responsabilités, celles des obligations de résultats à la fin de l’année scolaire qui démarre ce lundi 17 Septembre 2018.

Les efforts du gouvernement pour une année apaisée

Dans le cadre des différentes démarches qui concourent pour une rentrée scolaire 2018-2019 très apaisée pour tous les acteurs du système éducatif, le gouvernement du Président Patrice Talon a très vite pris les devants en payant aux enseignants, différentes primes. C’est ainsi que la somme de 12 milliards 378 millions de francs CFA a été mobilisée au profit des enseignants. Cette somme qui a été débloquée alors même que le budget général de l’Etat prévoyait au titre de la rentrée 2018-2019, la somme de 10 milliards de FCFA, a été repartie comme suit :

- le payement des primes de rentrée, de travaux de nuit, d’incitations pour zone d’accès difficile, de rendement, de journées pédagogiques et de gratifications aux enseignants du MESTFP pour un montant de 2 milliards 112 millions 961 mille 400 FCFA ;

- le payement des primes de rentrée, de travaux de nuit, d’incitations pour zone d’accès difficile, de rendement, de journées pédagogiques et de gratifications aux enseignants du MEMP pour un montant de 4 milliards 642 millions 904 mille 800 FCFA ;

- le payement de l’avance de trésorerie au profit du MEMP représentant le quart de la subvention de l’Etat pour le fonctionnement des écoles maternelles et primaires publiques au titre de l’année scolaire 2018-2019 pour un montant de 1 milliards 600 millions 125 mille francs CFA ;

- le payement de l’avance de trésorerie au profit du MESTFP représentant le quart de la subvention de l’Etat pour les frais de contribution des filles du 1er cycle des établissements publics au titre de l’année scolaire 2018-2019 d’un montant de 622 millions 500 mille FCFA ;

- le payement des fonds liés aux Cantines scolaires pour un montant de 3 milliards 400 millions de Francs CFA.

Pour ce qui est du traitement spécifique des enseignants honoraires (vacataires), le gouvernement a décidé de leur attribuer des numéros d’identification personnelle, de reconduire systématiquement ceux d’entre eux qui sont restés en poste et ont fait preuve d’assiduité durant la dernière année scolaire. Ces mesures permettront le payement de leurs salaires à bonne date. De même, le taux horaire qui sera versé à cette catégorie d’enseignants a été revu à la hausse. Ainsi, les enseignants vacataires recrutés sur la base du CAPES percevront désormais 2500 FCFA par heure contre 1500 les années antérieures ; les détenteurs du BAPES et de la maitrise passeront de 1500 l’heure à 1800 francs. Cette dernière mesure sera matérialisée par les arrêtés interministériels duement signés.

Leave A Reply