Autopsie : Et ils se ruèrent tous vers des blocs !

0

Par : Is-Deen Olouchègoun TIDJANI (D.O.T)

L’histoire des grands regroupements politiques est de retour en République du Bénin. Dans la perspective des prochaines élections législatives, tous les état-majors politiques du pays sont secoués par la réforme du système partisan. Tenaillés par leur retour au palais des gouverneurs pour les uns, et des postes nominatifs après les élections pour d’autres, nombreux sont les chefs de partis qui se ruent vers les grands regroupements politiques plus connus sous l’appellation « Blocs ».

De l’écurie de la mouvance, comme de l’opposition, ils se frayent déjà tous un passage vers l’eldorado qu’est l’Assemblée Nationale, ou prient pour que certains aillent au parlement pour leur laisser le champ des nominations bien libre.

Cherchant à maximiser leur chance d’appartenir à l’effectif de l’Assemblée nationale 8ème législature, des hommes et femmes politiques ont accepté des compromis et même des compromissions.

Avec l’aval de ce qui leur sert encore de base, certains chefs de parti ont pris le risque d’accepter de se fondre en bloc et de perdre pour une durée plus ou moins longue, le sceau et les attributs de leur parti souche. Ce schéma trompe oeil qui est de plus en plus prisé, se défini souvent à la faveur d’un congrès dit extraordinaire. Pendant ce temps, d’autres chefs de parti et/ou mouvements ont osé dire non, afin de faire cavalier seul, mais sans pour autant être convaincus de remettre les pieds sur le perron du siège de la politique au Bénin qu’est l’Assemblée nationale.

Autant qu’ils sont, ils se ruent tous vers les blocs, pour disent-ils, se conformer à la nouvelle charte des partis politiques en vigueur en République du Bénin. Mais à la vérité, nombre d’observateurs de la chose politique se rendent à l’évidence que ce schéma qui s’observe depuis peu est avant tout pour la gloire du Chef qu’ils disent soutenir. En courant vers les blocs, certains chefs de partis espèrent surtout s’atterirer les faveurs du Chef de l’Etat. C’est ainsi que depuis quelques semaines, plus aucun week-end ne se termine sans que le processus de migration des « partis souches » vers les blocs ne soit actionné. Ainsi apprend-t-on chaque samedi et dimanche depuis lors, que tel parti a adhéré à tel bloc ou que tel mouvement se fond dans tel dynamique. C’est dans la foulée que UDBN, FDU, Durr Barka, RND, RDI-Anfani, PRD, RB (aile Zinzindohoué), CDS Finagnon, FDD, CPP, UPR, FUEDD, UPEP, EP, PSD, RDR, AND, Réseau Irédé, et bien d’autres mouvements, ont fait urbi et orbi, leur homélie d’adhésion à un des blocs existants déjà sur le terrain.

En dehors de ces chefs de partis, certains députés comme Robert Gbian, Kora Gounou Zimé, le jeune prodige Malick Seibou Gomina de Djougou, et son aîné Adam Dendè Affo ont aussi professé leurs allégeances au bloc « Dynamique Républicaine » afin de soutenir et d’accompagner les actions de développement du chantre du nouveau départ dans leurs régions respectives.

Pour le moment, autant qu’ils sont et dans une dynamique de progression, ils se ruent tous vers les blocs pour disent-ils, des victoires encore plus éclatantes. Attendons de voir.

Leave A Reply