Éducation : Goze Bertin BÉNIÉ accède au titre de Professeur Émérite

0

La faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Sherbrooke au Canada a élevé, Goze Bertin BÉNIÉ, enseignant de géomatique et co-fondateur de Global Solutions Corporation, au grade de Professeur Émérite. Ceci est le couronnement de 29 ans de travail acharné.

Par : Chafick FAGBÉMI
© www.boulevard-des-infos.com

Honneurs, témoignages, remise d’attestation de reconnaissance etc. Voilà quelques grands moments qui ont jalonné la célébration des 29 années de recherches, de transmission du savoir et de partage d’expériences reconnus à Goze Bertin BÉNIÉ dans le domaine de la géomatique. Élevé au rang de Professeur Émérite le 25 septembre 2021 par la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Sherbrooke au Canada, cet enseignant chercheur est perçu par la communauté scientifique, comme une personne ayant contribué de façon significative aux avancées opérées dans deux domaines spécifiques à savoir : le traitement et l’analyse des images optiques ou radars, et les systèmes d’informations géographiques.

Selon Annick Lessard, doyenne de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Sherbrooke, « le Professeur BÉNIÉ a œuvré tout au long de sa carrière, à la formation de nombreuses personnes aux trois cycles d’études. Il a dirigé plus d’une trentaine de mémoires et de thèses. Il a codirigé une dizaine de mémoires d’étudiants et d’étudiantes dans d’autres établissements (…) Au cours de ses 29 années de carrières, il a signé six livres ou chapitres de livres et publié plus de 50 articles dans des revues scientifiques (…) Il a fait paraître 70 articles dans des comptes rendus de conférences et a rédigé 35 rapports de recherches. Ce savoir-faire lui a permis d’occuper de nombreux postes comme celui de directeur adjoint puis de directeur du centre d’application et de recherche de télédétection appelé {Le Cartel}. Entre 2002 et 2008, il a assumé les fonctions de directeur du département de la géomatique appliquée. Des opportunités qu’il a utilisées comme tremplin pour investir dans la refonte de plusieurs programmes de formation orientés vers la maîtrise de la géo développement durable.
Parallèlement à ce parcours scientifique accompli, Goze Bertin BÉNIÉ, intervient activement dans le cycle de vie de beaucoup d’entreprises à l’instar de Global Solutions Corporation dont il est le Co-fondateur aux côtés de Samuel Olukayodé BATCHO. Depuis 2019, il est admis à faire valoir ses droits à la retraite au sein de la faculté des lettres de l’université de Sherbrooke.
En société, ce scientifique habitué à gérer les situations avec rationalité, sait puiser au fond de son cœur pour venir en aide à ses jeunes frères dans le respect des valeurs d’amour et de solidarité que véhicule la tradition africaine. Pour preuve, il a été tuteurs de beaucoup de jeunes africains qui débarquaient au Canada, pour leurs études. Il est aussi le Papa Noël de ces enfants qu’il couvre, avec son épouse, de chaleur par les temps d’hiver. Peu importe la nationalité de ses jeunes africains, que leurs parents soient connus de lui ou pas. «Professeur BÉNIÉ a été une inspiration pour ses collègues, ses étudiants et étudiantes. Les nombreuses lettres de soutien en faveur de sa candidature au titre de professeur émérite en témoignent de façon éloquentes », a relevé Madame Annick Lessard.

Derrière le professeur BÉNIÉ se cachent deux femmes !

Ressortissant du continent africain, le Professeur BÉNIÉ est le premier Docteur noir africain en traitement informatisé des images de télédétection. La cérémonie de distinction organisée à son intention a permis de faire un clin d’œil à deux femmes. La première : sa mère, Bertine Yohou épouse BÉNIÉ. Quoiqu’analphabète, elle a assuré le suivi de sa scolarisation au cours primaire. Devant cette assemblée de savants et de parents, il a raconté comment l’enfant qu’il était, ne voulait pas de l’école et préférait aller vers les travaux champêtres et domestiques aux côtés de ses parents ou les terrains de jeu. C’est avec la chicote que cette brave dame, l’accompagnait tous les matins à l’école jusqu’à ce qu’il y prenne goût. La seconde femme : son épouse, Claire Müller-Poitevien, Docteur en médecine. Pour ne pas s’éloigner de son époux, cette haïtienne a dû refaire, au Canada, un master pour se reconvertir et intégrer le marché du travail. Les lois canadiennes obligeant, ses diplômes étrangers de médecine n’étaient pas reconnus. Loin de son pays et de ses diplômes, elle a choisi de l’accompagner avec la décision de consacrer sa vie à s’occuper de leurs enfants, le Professeur lui-même étant devenu un « Globe-trotter » allant partout dans le monde partager ses connaissances avec les jeunes étudiants et avec ses pairs d’autres universités.

Leave A Reply