Cop26 : Important appel de Sylvia Hartleif aux dirigeants du monde pour des négociations climatiques

0

En prélude aux assises de la Cop 26 qui se tiendra du 31 octobre au 12 novembre 2021 au Scottish Event Campus (SEC) à Glasgow, au Royaume-Uni, l’Ambassadrice de l’Union européenne au Bénin, Son Excellence Madame Sylvia Hartleif à la faveur d’une tribune, l’appel un vibrant appel aux dirigeants du monde.

Par : Is-Deen O. TIDJANI

© www.boulevard-des-infos.com

Dans sa tribune que voici (lire en annexe, ndlr), la diplomate allemande invite les participants et surtout les dirigeants du monde à prendre la mesure de la situation pour que ces assises de la COP26 soient véritablement un tournant des négociations climatiques aux solutions climatiques. Dans son adresse elle propose d’accroître l’ambition de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre, et manifeste par la suite le désir, besoin d’un changement systémique et exponentiel. Lisez plutôt.

*********

La COP26 doit être le tournant des négociations climatiques aux solutions climatiques

La preuve est claire. En août, les scientifiques du monde entier ont de nouveau conclu qu’une action immédiate était nécessaire. Le changement climatique est inconfortablement proche de toutes nos réalités quotidiennes, peu importe où nous vivons dans le monde. Il déclenche déjà le genre de catastrophes climatiques que nous avons vues cet été, mettant en danger la survie de nombreuses espèces et rendant bientôt certaines parties de la terre inhabitables pour l’homme.

Comme l’a formulé le Professeur climatologue Kimberly Nicholas : « Il se réchauffe. C’est nous. Nous sommes sûrs. C’est mauvais. Mais on peut y remédier ». Il y a cinq ans à Paris, la communauté internationale acceptait enfin de se lancer dans un voyage ambitieux : Limiter le réchauffement climatique entre 1,5 et 2°C. Bien que de tels niveaux de réchauffement puissent sembler gérables, la différence pourrait être existentielle. Pour le corps humain, la différence entre 40 et 42°C est la différence entre la vie et la mort. Contenir la hausse des températures, c’est limiter les dérèglements climatiques et réduire les risques de catastrophes naturelles.

Pourtant, les nouvelles ne sont pas toutes sombres – la science nous révèle également qu’une société zéro carbone est possible – une société de nouveaux emplois verts et de croissance qui peut limiter le réchauffement à 1,5°C. L’Union européenne a déjà montré qu’il était possible de découpler la croissance des émissions de CO2 (depuis 1990, notre PIB a augmenté de plus de 60 % tandis que les émissions nettes de gaz à effet de serre ont diminué d’un quart). En juillet, nous avons publié notre paquet législatif pour mettre en œuvre l’accord vert européen et réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 sur la voie de la neutralité climatique d’ici 2050. Cette transition de la façon dont nous produisons et utilisons l’énergie, nous déplaçons, construisons et chauffons les maisons et utilisons le terrain, est conçu de la manière la plus équitable possible, en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte. Sinon, cela ne fonctionnera pas.

Mais évidemment, l’Union européenne ne peut pas se débrouiller seule puisque nous n’émettons que 8 % des émissions mondiales de CO2. Nous devons inspirer les autres – même les partenaires les plus réticents – à rejoindre la voie de la neutralité climatique. Lorsque l’UE s’engageait il y a deux ans en faveur de la neutralité climatique d’ici 2050, peu de personnes pensaient que le Japon, les États-Unis, la Corée du Sud et même la Chine suivraient. Lorsque nous avons lancé l’Accord vert de l’UE, peu de personnes imaginaient que l’UE emprunterait pour une relance verte afin de financer le plan de neutralité climatique le plus ambitieux au monde. Nous avons mis en place la première Alliance verte pour la neutralité climatique, en commençant par le Japon le 27 mai, et nous avons poussé le G7 à s’engager en faveur de la neutralité climatique en juin. Maintenant, nous poussons le G20 à nous emboîter le pas. Et nous ne cesserons jamais de pousser pour le progrès.

Accroître l’ambition de réduire les émissions mondiales

Nous invitons tous les partenaires à renforcer leurs plans d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Nous sommes prêts à offrir un soutien technique et financier, et nous marquons le pas avec notre propre loi sur le climat, notre paquet 2030 et notre stratégie d’adaptation. Nous sommes parmi les plus grands fournisseurs mondiaux de financement climatique, libérant 22 milliards d’euros (26 milliards de dollars) en 2019, ce qui représente plus d’un tiers de l’effort total des pays développés.

Et nous nous engageons à augmenter encore ce montant dans les années à venir, comme le montre par exemple l’annonce récente de la Présidente de la Commission européenne Von der Leyen, d’un complément global de 4 milliards au titre du budget central de l’UE sur la période 2021-2027.

Mais nous avons besoin que les autres fassent plus également, pour respecter l’engagement pris par les pays développés de fournir 100 milliards de dollars par an pour l’action climatique dans les pays en développement. Mobiliser davantage de financements privés sera également important à cet égard.

L’UE s’est battue avec acharnement pour maintenir l’Accord de Paris en vie. Après les négociations, l’heure est à l’action climatique. Chaque État doit accroître son ambition de réduire les émissions mondiales, mais la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) vient de publier un rapport décourageant. Dans le cadre de l’engagement actuel, la température mondiale augmenterait d’un niveau inacceptable de 2,7 °C d’ici 2100 – une perspective pour le moins sombre.

Un manque d’ambition signifie qu’une taxe climatique sera prélevée par le changement climatique lui-même, une taxe qui est mauvaise pour tout le monde, payée avec des destructions et sans aucun avantage pour la société. C’est pourquoi nous avons proposé un mécanisme flexible d’ajustement carbone aux frontières à n’utiliser que si les partenaires ne sont pas assez ambitieux en matière d’action climatique. Mettre un prix sur le carbone est essentiel d’une manière ou d’une autre. C’est un moyen éprouvé d’envoyer le signal de prix qui déclenche le changement. Nous voulons montrer l’exemple et nous engager avec des partenaires, mais nous sommes prêts à agir davantage, si nécessaire.

Si nous comblons les écarts de financement et d’ambition, si tous les pays s’engagent à en faire plus, nous pourrons alors toujours maîtriser la crise climatique. Sur la base de la science, les réalistes savent aujourd’hui que le coût de l’inaction est incommensurable. C’est un fantasme de croire que nous pourrions nous permettre de ne pas agir.

Besoin d’un changement systémique et exponentiel

Nous avons maintenant besoin d’un changement systémique et exponentiel loin des combustibles fossiles. C’est bon pour notre santé, nos ménages, nos cultures, notre eau, nos emplois et nos économies. Cela nécessitera le soutien des dirigeants mondiaux et la pression des citoyens. Chaque action compte : comment nous votons, ce que nous mangeons, comment nous voyageons. L’ampleur que prendra le changement climatique dépendra de nous.

Dans le cadre de notre coopération avec le Bénin pour les prochaines années, nous souhaitons ainsi appuyer plus particulièrement les initiatives allant dans le sens du développement d’énergies renouvelables, d’une économie portuaire « propre », d’une agriculture tournée vers l’écologie et des systèmes alimentaires durables, tout en soutenant la protection de l’environnement et de la biodiversité. En ligne avec le Pacte Vert et la stratégie « De la ferme à la table » de l’UE, ces initiatives répondent aux orientations données pour la mise en œuvre de la Contribution Déterminée au niveau National (NDC) du Bénin en réponse à l’Accord de Paris pour la lutte contre le changement climatique.

Les efforts communs du gouvernement béninois, des organisations de la société civile et du secteur privé déjà engagés dans la lutte contre les changements climatiques doivent être poursuivis et notre coopération doit être renforcée, si nous voulons créer un avenir plus sain et plus prospère pour notre planète. Nous serons toujours plus forts ensemble.

N’hésitez pas à nous défier et à aller encore plus loin que nous. L’action climatique peut avoir lieu n’importe où, à n’importe quel niveau. Il n’y a plus de temps pour l’inaction – le temps des solutions pratiques, c’est maintenant, des plus basiques aux plus innovantes.

Sylvia Hartleif
Ambassadrice de l’Union européenne au Bénin

Leave A Reply