Bénin : Claudine Prudencio dénonce les propos sexistes de Florent Eustache Hessou

0

La thèse de doctorat soutenue dernièrement par Florent Eustache Hessou, ainsi que les propos et interprétations qui s’en sont suivis, continuent de susciter de vives protestations. La dernière réaction en date, est celle de l’honorable Claudine Afiavi Prudencio, actuelle Présidente de l’Institut National de la Femme (INF).

Par : Is-Deen O. TIDJANI
© www.boulevard-des-infos.com

La Présidente de l’Institut National de la Femme est indignée. Elle déplore avec énergie, des propos tous azimuts et autres interprétations que tiennent l’auteur de la thèse intitulé : « Les représentations sociales de la sorcellerie chez les fons au sud du Bénin. »

À travers un entretien vidéo dont notre rédaction a copie, la Présidente de l’INF, Claudine Afiavi Prudencio, a fait remarquer que ce sont des propos qui constituent des précédents graves.

« En aucun cas cette communication autour des fruits d’une thèse de doctorat ne saurait servir à créer des frustrations, à stigmatiser une catégorie sociale de personne, surtout la femme… Les déclarations tous azimuts de monsieur Florent Eustache Hessou dans les médias et sur les réseaux sociaux se sont révélées complètement dépourvues de précautions devant entourer la restitution en public de résultats de travaux de recherches scientifiques. »

Pour Claudine Prudencio, il n’était pas utile pour Dr Hessou, de présenter la femme comme le siège d’une pratique spirituelle qui fait l’objet de beaucoup de peur et de stigmatisation.

Très indignée, la Présidente de l’Institut National de la Femme, Claudine Prudencio ne conçoit pas que le sexe de la femme soit associé à des pratiques inconcevables. À cet effet, elle déclare : « …Plus grave, Florent Eustache Hessou parle du sexe de la femme en des thèmes vulgaires. Toutes choses qui écorchent énormément l’image et la dignité de la femme. Quelles que soient les justifications que monsieur Florent Eustache Hessou avanceraient pour justifier ses propos, il peut au moins se rendre compte de ce que l’écho produit par ses propos sur la femme est complètement négatif. »

Plus loin encore, la présidente de l’INF s’indigne et déplore avec le degré qui sied, le manque de délicatesse de Dr Hessou dans ses commentaires. « Je constate avec regrets et indignations que l’auteur, dans sa manière d’expliquer au public, le contenu de sa réflexion, s’est éloigné de cette considération. Bien au contraire, il s’enlise dans des débats inutiles, avec un choix délibéré de prendre la femme comme principal exemple, sous prétexte de valoriser ses supposées puissances spirituelles, alors qu’au finish, la femme se retrouve chosifiée dans l’opinion, ce qui n’est pas bien.

Elle rappelle que :  » Le travail du socio-antropologue devrait avoir pour finalité, d’éclairer sans coller des étiquettes à une frange de la société. Mais force est de constater que l’auteur, très imbu de sa personnalité, exprime des prétentions qui n’ont de mérites que de créer la confusion et des frustrations gratuites. Dans un état comme le nôtre, qui se veut laïc, ou les croyances sont diverses, il est inconcevable d’associer le féminin à la sorcellerie, de surcroît sur la place publique. Il est à mentionner que c’est un préjudice grave et sans précédent porté à la gent féminine dans un contexte où l’on promeut l’égalité. Les propos sexistes qui portent atteinte à l’honneur de la femme ne sont pas de nature à booster le vivre-ensemble. Au contraire, ils sont plutôt susceptibles de semer des troubles, voir, salir les efforts des dignes filles et fils du pays, préoccupés par la restauration et la promotion du genre. L’Institut National de la Femme rassure toutes les amazones et mères soucieuses du bien-être familial et social…. »

Leave A Reply