Bénin : Le colloque national sur l’art culinaire traditionnel du Bénin prend corps

0

La première édition du Colloque national sur l’art culinaire traditionnel du Bénin se tient depuis ce Jeudi 15 Novembre 2018 au Centre Culturel Finno-Africain à la villa Karo de Grand-Popo. Organisé par le Festival Zâ en collaboration avec le cabinet Africa-ICT et sur financement du Ministère du Tourisme, de la Culture et des Sports à travers la Direction générale du Fonds des arts et de la culture (DG/FAC), ce colloque réunira du 15 au 16 Novembre 2018, plusieurs acteurs (chercheurs et professionnels de la gestion du patrimoine culturel, du tourisme et de l’art culinaire, etc…) autour du thème central : « L’art culinaire comme outil de développement durable et touristique : le maïs et son importance au Bénin. »
Par : Is-Deen O. TIDJANI (D.O.T)
Ce colloque vise à contribuer à la valorisation de l’art culinaire traditionnel relatif au maïs et de révéler son importance, non seulement dans la création et la consommation de l’offre touristique de la destination Bénin, mais surtout dans la mise en place d’une synergie d’actions pour l’atteinte de l’ODD 2 relatif à la lutte contre la faim.
Dans ses mots de bienvenu, le coordinateur du colloque, Comlan P. Alomakpé soulignera que cette rencontre vise avant tout à amener les différents participants à réfléchir sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour la valorisation du maïs.
Il sera suivi par madame Gloria Koessi-Govor, Promotrice du Festival Zâ et co-organisatrice du Colloque. Pour elle, c’est une joie de participer à la création d’un monde nouveau autour de la gastronomie béninoise. Une joie d’autant plus grande quand on sait que ce colloque qui revêt d’une importance capitale participe à la valorisation du maïs.
Elle précisera aussi  que ce colloque qui est un prolongement scientifique du festival Zâ, permettra au-delà d’un rassemblement autour de la gastronomie, d’amener les acteurs et autres professionnels du secteur de la gastronomie à murir des réflexions pour valoriser réellement le tourisme de gastronomie. Elle voudrait aussi rappeler que le thème a été choisi sur le maïs parce que ce céréale constitue un aliment de base pour les populations béninoises et africaines. Pour finir, Gloria Koessi-Govor annonce que ce colloque deviendra désormais biennal comme le Festival Zâ. «…Chaque deux ans, le colloque réunira des gens venus du monde entier autour de différents thèmes mais toujours liés à un produits clé du Bénin.
Comme Gloria Koessi-Govor, Gilbert Déou Malè, Directeur Général du Fonds des Arts et de la Culture, mettra à son tour, l’accent sur le caractère irremplaçable du maïs dans nos habitudes culinaires au Bénin. Pour lui, les promoteurs de ce colloque ne se sont pas trompés en voulant mettre à disposition de la postérité, les attraits, atouts et richesses du maïs. « Nous n’avions pas choisi de manger le maïs. Nous nous sommes découverts en train de manger du maïs. » Il a aussi précisé qu’ «en dehors de sa capacité à nourrir tout un peuple, le maïs peut nous aider à retracer l’histoire de nos peuples. Le maïs intervient partout dans notre vie. Car on peut l’utiliser de différentes manières dans nos communautés.»
Anani Hounkponou, premier adjoint au maire de Grand-Popo, représentant le maire empêché, a réaffirmé que ce colloque qui constitue une rencontre exceptionnelle car elle porte sur la gastronomie, ne souffrira point de l’accompagnement de la cité balnéaire de Grand-Popo.
Monsieur Iquel Anani, Directeur départemental du tourisme, de la culture et des sports du Mono, qui s’est fait représenter à ce colloque, à faire dire à son représentant, que son département ne ménagera aucun effort pour soutenir ce colloque dès les années à venir.
Arthur Vido, membre du comité scientifique de ce colloque précisera que le thème du colloque vient à point nommé parce que le maïs intervient dans presque toutes nos habitudes alimentaires. Au cours de sa conférence inaugurale, il n’a pas manqué de retracer la genèse du maïs, ses atouts dans différentes cérémonies, rappeler les objectifs clés du colloque et jeté les bases
Il convient de préciser que six différentes communications ont été animées pour le compte de cette première journée sur les neuf prévues pour les deux jours.

Leave A Reply