Bénin : l’ANaTT vulgarise les textes réglementant le transport routier

0

Par : Is-Deen O. TIDJANI (D.O.T)
© www.boulevard-des-infos.com

Les autorités béninoises en l’occurrence celles du sous-secteur des transports terrestres, continuent de poser des actes qui renforcent le statut de premier pays en matière de libre circulation des personnes et des biens. Dans cette droite ligne, l’Agence nationale des transports terrestres a organisé dans la journée de ce mercredi 18 septembre 2019, une séance de vulgarisation des textes règlementant le transport routier des personnes et des biens en République du Bénin et dans l’espace UEMOA.

Cette vulgarisation qui concerne tous les acteurs de la chaîne des transports s’est déroulée sur le parking des gros porteurs de la ville de Bohicon considéré comme le plus grand parking des gros porteurs des départements du Zou et des Collines. La séance de vulgarisation a été animée personnellement par le Directeur Général de l’ANaTT Thomas Agbéva. Les conducteurs de véhicule de transport interurbain, les conducteurs des véhicules poids lourds, ont tous répondu présents à cette importante rencontre. À l’occasion, ils ont été entretenus sur les règles et les lois qui régissent le sous-secteur des transports terrestres au Bénin mais aussi dans l’espace UEMOA. Il faut souligner que le document (Guide du conducteur routier) qui fait objet de la présente vulgarisation, est l’émanation du comité national de facilitation des transports et du transit routier inter-état (CNF) à travers l’ANaTT. Le même exercice sera répété dans les tous prochains jours dans les autres départements du pays.

Le Bénin est un pays stratégiquement situé en Afrique de l’ouest et est doté d’un port. Par ce fait, le pays entretient d’importantes relations commerciales avec les autres pays de la sous-région que sont : le Burkina-Faso, le Niger, le Mali, le Nigéria et le Togo. Le mode le plus utilisé pour le transit des marchandises vers ces pays est le transport terrestre. Il est donc nécessaire que les transporteurs connaissent davantage les lois et conventions qui régissent leur activité. C’était l’occasion pour chaque acteur des transports de savoir tout ce qu’il faut avoir à bord de son véhicule à n’importe quel point de l’espace UEMOA pour ne pas subir les rigueurs de la loi. Le guide du conducteur routier était donc passé au peigne fin pour mettre tous les acteurs au même niveau d’information et de limiter au maximum les contraintes et autres tracasseries liées le plus souvent à la non maitrise des textes et règlementations, dont les déconvenues sont incalculables à la fois pour les individus, l’économie nationale et le développement en général.

Leave A Reply