Opiniâtrement : Drôle de paradoxe autour d’un récépissé

0

Par : Euloge OKAMBAWA

©www.boulevard-des-infos.com

Le parti Force Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) est au bord d’une implosion redoutable. C’est, du moins, ce que l’on retient de la conférence de presse animée, ce dimanche 22 septembre 2019, par une frange du bureau politique de cette formation politique. En effet, au menu de cette sortie médiatique, les conférenciers ont abordé la polémique née autour du récépissé provisoire délivré par le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, en vue de la mise en conformité des FCBE avec la nouvelle charte des partis politiques.

Ce qui fait marrer dans cette affaire, c’est que l’obtention du récépissé, ce précieux sésame pour lequel le parti avait payé si cher, soit subitement devenu objet de discorde politique. La cacophonie est patente. Boni Yayi, alors président d’honneur du parti, est contre le certificat de conformité obtenu de dur labeur par Théophile Yarou et certains des dignitaires des FCBE, pourtant félicités par une frange non moins importante des responsables du parti. C’est désormais clair. Les responsables du parti FCBE sont divisés sur la délivrance sur le récépissé provisoire du parti, comme s’ils n’en voulaient vraiment pas.

Si certains d’entre eux ont été la cheville ouvrière de l’obtention de ce document, d’autres disent ne rien en savoir. C’est le cas d’Alassane Tigri, Eugène Azatassou et consorts, qui désapprouvent l’acte de Théophile Yarou, Paul Hounkpè et consorts.  « Le parti FCBE n’a jamais organisé un congrès et aucune instance du parti n’a été informé », martèle Alassane Tigri. Pour Eugène Azatassou, le même piège qui a détruit d’autres partis de l’opposition guette les FCBE ; et malheureusement, certains de nos camarades se prêtent à ce jeu des adversaires politiques. Pour les conférenciers, la méthode utilisée par Théophile Yarou, Paul Hounkpè et Amadou Issifou n’est pas orthodoxe, et relève simplement de la « trahison ».

Le nouveau Secrétaire Exécutif National, Paul Hounkpè, pointé du doigt par les conférenciers, a immédiatement répliqué à ses détracteurs. Dans une interview accordée à la télévision Canal 3, il a donné ses impressions et annoncé les nouveaux défis du parti. Sans suivre les autres dans la polémique, Paul Hounkpè estime que l’obtention de ce récépissé, qui ouvre la voie à l’enregistrement définitif du parti, est la meilleure chose qui puisse arriver aux FCBE. Il se dit soulagé, suite à l’obtention de ce document qui va désormais permettre au parti de continuer, comme cela se doit, ses actions. « L’opposition est presque paralysée, du moment où il n’y a pas un cadre officiel, un statut juridique qui nous permette de poursuivre nos actions », a-t-il déclaré. Pour lui, les prochaines actions de son Bureau ne sauraient tarder : « Lorsque nous aurons le récépissé définitif, il sera question d’aller au contact de la population, expliquer la démarche, la volonté de réorganiser le parti, de lui donner plus de souffle et de visibilité, afin de focaliser l’attention de nos militants sur les combats à venir »

L’opinion ne comprend rien à cette cacophonie qui relève, ni plus ni moins, d’une supercherie politique. Car, c’est à croire que les cauris ne voulaient pas du tout de la mise en conformité de leur parti. Pourquoi avaient-ils alors eu la dent si dure à l’endroit du ministère de l’intérieur ? Les jours qui à venir vont certainement mieux nous édifier dans ce drôle de paradoxe politique. Espérons.

Leave A Reply