Coopération : Oliver Nette parle du partenariat Bénin-UE

0

Du 2 au 9 mai dernier, les responsables de la délégation de l’Union européenne au Bénin ont célébré l’édition 2019 de la fête de l’Europe. Dans le cadre de cette commémoration, l’Ambassadeur, Chef de la délégation de l’Union Européenne au Bénin, Son Excellence Monsieur Oliver Nette a offert un cocktail dînatoire en sa résidence à Cotonou. À cette occasion où les représentations de corps diplomatique, les professionnels des médias, les députés, maires et bien d’autres, étaient tous présents, l’Ambassadeur Nette a fait un tour d’horizon de la relation de coopération qui lie le Bénin à l’Union européenne. 
Par : Is-Deen O. TIDJANI (D.O.T)
© www.boulevard-des-infos.com
C’est par une minute de silence en mémoire de Fiacre Gbédji-Oba, le guide béninois tué lors de l’attaque au Parc de la Pendjari, que l’ambassadeur Oliver Nette a lancé cette soirée. Il a d’entrée fait souligné que cette Journée de l’Europe, est célébrée le cœur serré, après le terrible évènement au Nord du Bénin, dans le parc de la Pendjari. « On pense à ce guide, sauvagement assassiné, on pense à ses collègues qui craignent pour leur avenir, leur subsistance. On a peur, une peur hélas légitime, pour nos compatriotes disparus et pour leur sort« . Tout en présentant ses compassions au Chef de l’État et tout le peuple béninois, il réaffirme le soutien de l’Union européenne au Bénin.  » On sera toujours aux côtés du Bénin pour l’aider à contenir, et espérons-le, un jour vaincre, la menace terroriste qui n’est que trop réelle, et qui nous vise tous. », a-t-il déclaré.

Pour l’Ambassadeur, « Cette semaine de l’Europe aurait été dédiée dans une large mesure à la culture qui, tout en montrant nos différences, les célèbrent justement dans un esprit de dialogue et de curiosité. Elle n’aura pas eu lieu, cette semaine, comme n’aura pas non plus lieu le petit concert de jazz prévu ce soir« . Il fait comprendre que « La coopération, les relations internationales, ce sont aussi, peut-être surtout, les hommes, et voilà ce qui nous avait amené à vouloir mettre la culture au centre, car c’est leur culture qui souvent touche le plus le cœur des hommes ».

Les acquis de la coopération Bénin-Union européenne 

Pour Son Excellence Oliver Nette, « Notre ambition de travailler ensemble sur les questions de sécurité a porté des fruits. Un projet pour prévenir la radicalisation et un autre pour aider à sécuriser les frontières au Nord du Bénin ont été agréés« . Le Chef de la délégation de l’Union européenne au Bénin pense cependant que « leur mise en œuvre ne devient que plus urgente à la lumière de ce qui vient de se passer« .
Il révèle aussi que des pourparlers sont en cours pour lever les verrous qui bloquent encore des investissements européens au Bénin. « Nous avons lancé un dialogue, avec le soutien de la Chambre de commerce européenne dont je salue le travail, sur les obstacles à l’investissement européen au Bénin, et je remercie les autorités béninoises, et notamment le BAI, et l’APIEX pour leur ouverture d’esprit et leur écoute. Nous explorons comment le plan d’investissement européen et les futures modalités de la coopération annoncés par le Président Juncker dans ses propositions pour une Alliance avec l’Afrique de septembre dernier, peuvent, grâce au crédit bancaire plus accessible, soutenir le dynamisme du secteur privé. Et  nous continuons la mise en œuvre d’un programme de coopération qui sur 7 ans, mobilisera presque 250 milliards de francs CFA pour le Bénin« .

Une nouvelle relation entre le Bénin et l’Ue !

Pour Oliver Nette, il faut que les paradigmes de la relation entre le Bénin et l’Ue changent. « …Une relation fondée essentiellement sur l’aide au développement, comme par le passé, ne nous satisfait plus. L’Union européenne a profondément changé, l’Afrique a profondément changé, le Bénin change profondément, il faut que la relation entre l’UE et le Bénin change aussi. On a initié un dialogue entre nous de nature plus politique, plus axé sur des questions d’intérêt commun comme justement la sécurité et l’investissement. On a commencé, c’est bien ; il nous reste pourtant du chemin à faire ». 

L’Union Européenne en question

« L’Union Européenne aujourd’hui est une réalité politique forte, trop forte au goût de certains, y compris au sein de nos propres pays et notamment d’une majorité en Grande-Bretagne qui fait pourtant à cet égard figure d’exception. La crise de 2008 a laissé beaucoup de mécontentement partout. En Angleterre s’y ajoute, surtout parmi une certaine génération, le sentiment d’être à part, trop différent« , raconte-t-il. L’ambassadeur de la délégation de l’Union européenne au Bénin souligne que « Sur le continent, les sondages indiquent que partout, même si on critique les instances de Bruxelles, et elles le méritent parfois, le sentiment d’une appartenance commune à l’Europe domine plus largement que jamais« . Aussi pense-t-il que « Les difficultés du Brexit montrent une vérité évidente : l’Europe c’est un ensemble politique, et non pas une organisation ou même une institution comme on l’entend trop souvent« .
Pour lui, « On sort facilement d’une organisation, on sort difficilement d’un destin. Il y a de liens forts désormais entre les pays européens, des liens très difficiles à défaire, des liens riches, des liens porteurs d’espoir. Ces liens sont forts, parce qu’ils sont faits justement de liberté et de droit. *Le droit*, parce que c’est ce que possèdent les Européens en vertu de leur citoyenneté européenne : le droit de travailler, de vivre, de s’établir dans un autre pays que le leur. Un Européen dans un autre pays que le sien n’est pas un citoyen national, mais en tant que citoyen européen, il y est de plein droit, il n’est pas non plus un étranger« .
Aussi rappelle-t-il que « Si le droit est un fondement si durable, c’est parce qu’il s’inscrit dans la liberté, la liberté politique et humaine fondamentale de pouvoir dire ce que l’on pense, de voter librement, de manifester librement, de s’unir librement. Cette liberté-là, une liberté conçue dans une vision forte des droits de l’homme est au cœur du projet européen, qui a été fondé en opposition frontale et fondamentale à tous ceux qui aiment la force et la domination ».

Le Bénin se dit prêt à continuer cette riche relation avec l’Ue

Le secrétaire général du ministère des affaires étrangères se réjouit de cette célébration qui donne tout son sens à la coopération avec le Bénin. Il dira que « …L’Union européenne célèbre une union solidaire, unie et épris de paix. » Souhaitant que la fête soit belle, il confie, « …Je m’en voudrais de ne pas saisir ce moment pour saluer les résultats probants obtenus. Les défis n’ont pas manqué notamment le péril terroriste, les conflits et autres. » Il se dit confiant que « face à ces défis l’Union Européenne redoublera d’efforts pour trouver de solution à ces maux.« 

Leave A Reply