Bénin-Nigéria : De nouvelles statégies pour la circulation des produits interdits

0

Par : Giscard AMOUSSOU (Coll.)
© www.boulevard-des-infos.com

Depuis quelques semaines, le Nigéria a pris des mesures contre certains pays dont le Bénin en fermant toutes les frontières avec l’Etat Béninois. Une situation qui crée assez d’inconvénients aux commerçants et importateurs tant du Bénin que du Nigéria.

Ce dernier dans une dynamique de mettre fin à la contrebande notamment à l’entrée illégale d’importantes quantités de riz sur son territoire, entend augmenter sa production de céréale, d’ailleurs très insuffisante pour nourrir 190 millions de Nigérians. Il faut dire que malgré ces mesures intransigeantes, les plus visés sont les conducteurs de motos-taxis qui trafiquent le riz du Bénin avec l’ingéniosité et l’audace de revendeurs de cocaïne.

À travers diverses ingéniosité, ils arrivent à faire entrer au Nigéria, le riz importé du Bénin. Selon un article publié sur le Monde.fr, « les chauffeurs de motos-taxis estiment que 3 000 sacs de riz entraient chaque jour illégalement au Nigeria ». Un transporteur indique que « S’il y avait assez de riz au Nigeria, on n’aurait pas besoin d’en importer ». Selon le monde info, « la production locale de riz a augmenté de 60 % depuis 2013)». Aussi souligne un des transporteurs «Personne n’aime le riz nigérian. Il n’est pas bon et trop cher ».

Analyste pour le cabinet d’études Songhai, basé à Lagos, Adedayo Ademuwagun, confirme que si le Bénin souffre, les Nigérians sont les premières victimes de « cette politique protectionniste d’un niveau extrême ». La preuve est que le prix du riz s’est envolé, passant de 9000 nairas (22 euros) pour un sac de 50 kg à 22 0000 nairas (55 euros), un prix plus élevé que le salaire minimum mensuel qui est à 18 000 nairas. Ainsi autant que le Béninois souffre, le Nigéria en souffre aussi. Les deux pays doivent donc collaborer pour éteindre ce fut longtemps attiser. La fermeture des frontières crée aussi d’énormes soucis pour certains Nigérians.

Leave A Reply